Le n°15 de Médecine & Culture

Téléchargez le quinzième numéro de la Revue en cliquant ici :
Médecine & Culture N°15

Dans la partie médicale, Christian Martens, allergologue a soutenu un master de philosophie pratique, spécialité« éthique médicale et hospitalière » où il nous livre ses réflexions et ses interrogations sur la nature du sentiment de déni de reconnaissance de leur pathologie dont se plaignent les patients allergiques. Le diabète est aujourd’hui une maladie de plus en plus répandue. L’abaissement de la glycémie reste indispensable pour diminuer le risque de complications. Malgré les récentes évolutions des insulines injectables disponibles, leur mode d’administration reste contraignant pour le patient et le risque d’hypoglycémie demeure. Seulement 5% des diabétiques français bénéficient du traitement par pompe à insuline externe, dispositif très fiable et fonctionnel qui améliore de manière considérable le quotidien des malades.

Le dossier culturel est consacré aux « Crises des Transmissions» qui touchent la famille, l’école et la vie citoyenne. En effet, la transmission telle qu’elle a été vécue dans le monde traditionnel, sur la base d’une reproduction à l’identique de génération en génération, n’est plus de mise dans nos sociétés, ou si peu. Le changement est omniprésent et le présent semble de plus en plus déconnecté du passé. Il faudrait vite s’y adapter afin de faire face aux nouveaux défis. Plusieurs articles conduisent cette réflexion.

Nous vous faisons découvrir les Jardins et le Manoir d’Eyrignac, un havre de paix et de beauté, un des rares jardins à la française entretenus depuis cinq siècles et patiemment réhabilités. Reine Benzaquen, peintre sculpteur, exposait à l’hôtel Crown Plaza de Toulouse, une série de peintures et quelques sculptures, intitulée LeTemps des Fleurs. Elle nous a accordé un entretien où elle évoque les raisons de sa vocation, son avis sur l’art et la création et a bien voulu nous montrer quelques unes de ses œuvres. Jacques Pouymayou nous rapporte comment la médecine militaire a souvent innové et expérimenté pour le bénéfice commun et pour la médecine en général, comme le système actuel des soins d’urgence et la notion de « Médecine de Catastrophe ». Dans sa chronique, Paul Léophonte évoque une lecture de Frédéric Prokosch, écrivain apprécié de ses confrères et indûment méconnu du grand public. Ruth Tolédano-Attias nous fait connaître l’association Lire et faire lire qui a été créée il y a une dizaine d’années par l’écrivain Alexandre Jardin dans le but d’offrir un temps de lecture supplémentaire à des enfants des écoles maternelles, primaires, 6e et 5e au collège et nous présentera dans la rubrique Livres, le dernier ouvrage de David Le Breton, Eclats de voix, une anthropologie qui continue son exploration du corps : la voix. Christophe Pacific développera, dans son livre, Consensus/Dissensus, le principe du conflit nécessaire parce qu’en cherchant un remède dans le consensus, nous pourrions n’y trouver qu’un poison. A contrario, le dissensus assure, par le lien fécond de la parole, le souffle éthique d’une société. Nous vous présentons L’Orchestre de chambre l’Enharmonie constitué par le partenariat de musiciens amateurs confirmés et de quelques musiciens professionnels de l’Orchestre National du Capitole de Toulouse, motivés par la passion pour la musique et son partage.

Le n°13 de Médecine & Culture

Téléchargez le treizième  numéro de la Revue en cliquant ici :
Médecine & Culture N°13

Le volet médical de ce numéro est consacré à laventilation à domicile chez l’insuffisant respiratoire chronique, aux aspects atypiques dumyocarde en scanner et IRMet à l’orthèse d’avancée mandibulaire dans le traitement du SAHOS en pratique courante. La ventilation à domicile(VAD) connaît ces dernières années un essor impressionnant, une pratique complexe qui nécessite une formation et qui doit s’intégrer dans une prise en charge globale. L’IRM est actuellement utilisée pour l’évaluation des cardiopathies ischémiques ,en particulier pour apprécier la viabilité myocardique avant revascularisation. L’orthèse d’avancée mandibulaire peut offrir au patient une alternative thérapeutique intéressante ; nous développerons ses indications et les modalités de sa prise en charge.

Dans les précédents numéros, nous nous sommesintéressés, dans la partie culturelle, à la violence. Elle fait irruption dans les sociétés qui prennent de plus en plus conscience de son augmentation constante et de la nécessité de la circonscrire, de la prévenir et de la traiter. Si les rapports humains restent complexes, ils ne peuvent exister sans la notion de responsabilité, définie comme « l’obligation ou la nécessité morale, intellectuelle de réparer une faute, de remplir un devoir, une charge, un engagement et d’entraîner pour certains actes, suivant certains critères sociaux et moraux, des conséquences pour leur auteur ». Afin de poursuivre ce débat, nous avons choisi d’engager une réflexion sur la Justice, une vertu qui doit être juste et impartiale, soumise à des exigences éthiques. Il n’y a donc pas à s’étonner qu’un Montaigne et un Pascal, s’appuyant sur l’histoire et l’observation des lois et coutumes des différents pays, aient pu dresser de l’inconstance de la justice réelle un tableau saisissant qui dévoile parfois son incohérence et heurte les convictions les plus ancrées. Voltaire aussi dénonce les vices de la justice de son temps. Mais la justice n’est pas rationnelle, sinon elle serait universelle parmi les hommes.

Dans la dernière partie, nous vous proposons de découvrir le compositeur romantique, Robert Schumann (1810 – 1856) dont la vie a été façonnée par son enfance. A dix huit ans, il ne veut pas continuer ses études de droit à Leipzig, mais devenir artiste et pianiste. Il fut attiré tant par la musique que par la poésie. La Nouvelle est consacréeau plus beau tableau du monde ou le peintre, l’écrivain et le soldat. La Peste à Venise (1347-1630) fut un des épisodes marquants de l’histoire de la peste en Occident avec des conséquences démographiques, à l’origine d’une récession économique durable et d’un brassage de population considérable. Dans la rubrique Livres, nous présenterons les deux Essais publiés par PierreWeill qui rendent compte de nombre de ses travaux avec des chercheurs de l’INRA, des départements de médecine, de biologie, de biochimie et d’agriculteurs mobilisés en vue de l’amélioration de la qualité de la chaîne alimentaire. Enfin, nous rendons hommage à Jean-JacquesGuyonnet qui fut chef de service odontologie à l’Hôtel-Dieu Saint Jacques à Toulouse et un des membres fondateurs de Toubib Jazz Band.

Le n°12 de Médecine & Culture

Téléchargez le douzième numéro de la Revue en cliquant ici :
Médecine & Culture N°12

Depuis 2005, la pratique des Activités Physiques et Sportives (APS) pour la santé a fait l’objet de l’attention des pouvoirs publics. Le 7 juin 2009, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a mis en place une journée mondiale de promotion de l’exercice physique et de ses bienfaits pour la santé et le bien-être. Il nous a donc semblé intéressant de consacrer une grande partie du volet médical de ce numéro à la Place des activités physiques et sportives dans les maladies graves, leur rôle dans la prévention, l’amélioration de la qualité de vie et la diminution de la mortalité. On terminera cette première partie par les méthodes de dépistage, le diagnostic, le traitement et la surveillance de l’anévrisme athéromateux de l’Aorte Abdominale.

La partie culturelle s’intéresse à Montaigne, sans cesse à redécouvrir. Il a posé les premières bases d’une humaine sagesse dont le dernier mot de son enseignement est sa célèbre devise « Que sais-je ? » qui apparaît comme le point de départ de tout son étonnement philosophique et sa liberté de penser. Son œuvre unique, Les Essais « a surgi comme une sorte de dialogue avec l’ami perdu », La Boétie, comme le suggère Michel Butor. Il y mêle ses réflexions personnelles aux leçons de la vie et celles des livres. Son récit éclaire, à travers son propre exemple, les aspects essentiels de l’humain et invite les consciences à réfléchir sur la « nihilité de l’humaine condition ». Nous y découvrons sa bonne humeur, sa sagesse, son immense érudition, un vrai bon sens et quelques vérités des plus exquises.

Homme raffiné, musicien génial, Carlo Gesualdo, Prince de Venosa, a laissé une oeuvre énigmatique, fascinant encore de nos jours mélomanes et musiciens. Il a inspiré des poètes et des écrivains et nourri la rumeur depuis quatre siècles. Ce numéro présente deux nouvelles. L’une consacrée au tyran qui ne rend compte à personne, pas même aux dieux ; l’autre à Curzio Malaparte qui fait partie de ces auteurs hors norme. L’une des deux chroniques nous replonge, à l’occasion de la célébration du bicentenaire de la naissance de Chopin, dans une époque faste où une pléiade de génies de la musique se sont comme donné rendez-vous. Tant par sa légende que par sa vie et son œuvre, Chopin est peut-être parmi ses contemporains, celui qui a été marqué par le désenchantement, l’ennui et la tristesse de l’âme. La seconde tente de confronter Maïmonide, médecin philosophe de la période médiévale et la médecine d’aujourd’hui fondée sur des preuves, sur la question de devoir changer ses habitudes dans les périodes de maladie. Nous vous ferons ensuite découvrir quelques dessins exécutés au pastel. Dans la rubrique Livres, on présente le dernier ouvrage de David Le Breton, Expériences de la douleur : Entre destruction et renaissance : il s’agit d’une étude minutieuse dans laquelle il cherche à comprendre comment la douleur se dit et se traduit dans les termes de la souffrance plus ou moins grande, plus ou moins tolérée, plus ou moins maîtrisée.

Le n°10 de Médecine & Culture

Téléchargez le dixième numéro de la Revue en cliquant ici :
Médecine & Culture N°10

Voici le dixième numéro de la revue Médecine et Culture et nous tenons à remercier ceux qui la soutiennent et tous les intervenants, du monde médical, artistique et littéraire, de plus en plus nombreux, qui participent à sa rédaction.

Dans la partie médicale, nous revenons sur les bronchopneumopathies chroniques obstructives, pathologie d’actualité, puisque l’on estime qu’elle occupera la troisième place en terme de mortalité et la cinquième en terme de handicap dans le monde en 2020. En France, on évalue à trois millions le nombre de patients concernés. Elle est la première source de dépenses pour les pathologies respiratoires. C’est une maladie chronique que l’on peut traiter et prévenir malgré les obstacles qui entravent la prise en charge de ces patients.

La partie culturelle s’intéresse à « la violence ». Elle touche toutes les couches de la population et fait irruption dans toutes les sociétés qui prennent de plus en plus conscience de son importance, de son augmentation constante et de la nécessité de la circonscrire, de la prévenir et de la traiter. S’il elle reste difficile à définir, les dictionnaires la traduisent comme « une force brutale, un abus ou un déchaînement de la force ; mais les médias, les statistiques de la justice, les spécialistes de la politique nationale ou internationale parlent d’agression et de criminalité, de guerre, de terrorisme, de torture ou de formes d’oppression plus discrètes mais tout aussi dommageables, comme l’exploitation économique . » De nombreuses citations élargiront le champ de cette définition. Les médias jouent un rôle important dans le nouveau visage de la violence et contribuent ainsi à façonner notre image du monde. Des évènements moins importants sont mis en évidence où « le spectaculaire et les symboles dépassent souvent la réalité des faits ». Déjà Pierre Bourdieu, en 1996, avait constaté que « la télévision était devenue la source unique d’information pour la partie très importante des gens qui ne lisent aucun quotidien et, [inféodée à l’Audimat, elle privilégie le fait divers au questionnement de fond] ; cette censure qui s’abat sur la réflexion est une sorte de violence symbolique ». La violence est vécue par la société comme un échec. Il serait temps de se rendre compte qu’elle constitue un vrai problème et qu’elle perturbe et détruit en permanence les relations entre les hommes.
Dans ce dossier, Ruth Tolédano-Attias nous livrera ses réflexions sur la violence, comment elle naît et se développe, les formes qu’elle peut prendre, à quels niveaux et dans quels champs elle se déploie. L’article de David Le Breton sur les violences des jeunes des quartiers de grands ensembles ne peut pas nous laisser indifférents. Pour Gérard Pirlot, à l’orée du XXIe siècle, la violence interroge autant la psychiatrie, la psychanalyse que la sociologie, l’anthropologie que la politique. S’agissant des comportements violents, Pierre-André Delpla évoque la notion de responsabilité individuelle en l’illustrant par sa relation très ancienne et toujours controversée avec l’état mental du sujet agissant. Serge Krichewski se demande si la musique : « est-ce le moins violent des arts, puisqu’elle peut nous envahir d’émotions et qu’elle parlera toujours plus à nos sens qu’à notre raison ? »

Dans la dernière partie, la chronique de Paul Léophonte est consacrée à Katherine Mansfield, une des plus attachantes nouvellistes du XXe siècle. Jacques Pouymayou, dans sa nouvelle, nous présentera « la Sultane créole ». Nous évoquerons avec Stéphane Dutournier sa passion du cirque, son parcours avant d’intégrer le centre des arts du cirque du Lido de Toulouse et ses projets. Sophie Mirouze nous fera découvrir le cinéma en DVD. Dans la rubrique Livres, nous présentons le « livre le plus difficile qu’un écrivain doive écrire », L’Homme qui m’aimait tout bas d’Eric Fottorino qui nous livre avec beaucoup d’émotion son témoignage de ce père adoptif, celui de sa mort et de son suicide, le stade ultime de sa liberté.

Dr Elie Attias